Témoignages

Des nouvelles de mon amie Nat

4 juillet 2018

Nous avez été nombreux à être touchés par l’histoire de Nat du Canada, et plusieurs d’entre vous m’ont demandé de ses nouvelles. Cet article fait suite à son témoignage bouleversant « Ce viol que j’ai nommé », publié le mois dernier sur mon blog.

Je vous raconte l’histoire de notre rencontre et la naissance de mon projet « Nous sommes toutes des Résilientes » pour faire de ce site un lieu d’entraide, de solidarité, de partage entre Résilientes du monde entier. 

 

Notre rencontre

J’ai rencontré Nat grâce à la magie d’internet et des réseaux sociaux qui ont aboli les frontières et nous ont permis ainsi de nous trouver. Cette aventure a commencé avec la publication de mon article « La mémoire du corps ». Ce dernier a été repéré par une journaliste du Huffington Post qui m’a demandé mon accord pour le publier sur leur site dans leur section témoignage (le titre original de mon article a par contre été changé).

J’ai accepté ce partage et cette opportunité de mise en avant. Mon article a également été relayé sur le site canadien du Huffpost.

C’est ainsi que Nat est rentrée dans ma vie en lisant mon récit sur le site du Huffington Post ! Elle m’a ensuite retrouvée et contactée.

Le courant est tout de suite passé entre nous. J’ai eu la grande joie de partager mon expérience avec elle et pouvoir discuter de nos chemins de vie respectifs. Nos histoires sont différentes, chaque parcours étant unique, mais le processus de reconstruction et de guérison est le même. Nous sommes toutes les deux passées par les mêmes étapes, elle s’est reconnue dans mon récit qui a fait écho en elle. Entre résilientes, une solidarité s’est tout naturellement créée malgré les milliers de kilomètres qui nous séparaient.

 

Des nouvelles de Nat

Nat se porte bien et j’ai été ravie d’avoir pu l’accompagner sur le chemin de sa résilience, où le plus dur est derrière soi, et le meilleur est à venir.

Parce qu’elle aussi a choisi de parler et non plus se taire, elle a décidé de donner un sens à son passé, de se réapproprier son histoire dont elle est l’héroïne inspirante, courageuse et forte.

Tout comme moi, elle a choisi de témoigner pour encourager la libération de la parole. De sa volonté de prendre sa vie en main est né un magnifique projet, son blog qu’elle a ouvert suite à la publication de son témoignage sur mon site, et que je vous invite à découvrir ici : LE MOT

Je suis ravie d’agrandir la communauté des Résilientes avec cette belle rencontre, qui marque le début d’une belle amitié.

Nat, si tu passes par là, je veux que tu saches à quel point je suis fière de toi, de ton chemin parcouru depuis notre rencontre. Félicitations pour tout ce que tu as accompli, j’ai été ravie d’avoir pu t’accompagner sur ton parcours et d’avoir été aux premières loges de ta renaissance. Merci pour l’espoir que tu nous donnes, pour cette belle leçon de vie et de résilience…

Je vous laisse sur ces magnifiques mots de Nat qu’elle a tenu à nous transmettre :

« Un article, c’est une bouteille à la mer, on ne sait jamais qui l’attrapera au bout et ce que cela viendra changer dans sa vie ! Je dirais… que l’important c’est de ne plus se taire. Je crois que c’est cela, la libération. Se permettre de vivre ses émotions. Accepter d’intégrer le traumatisme à son histoire personnelle. Je crois que c’est de cette façon qu’on réussit tranquillement à se débarrasser de la honte et la culpabilité. Briser le silence… »

 

Pour en savoir plus sur mon projet et les « Témoignages de Résilientes », c’est ICI

 

De l’amour à la haine
Ce viol que j’ai nommé

2 Comments

  • Reply Nat 4 juillet 2018 at 14:28

    Chère Anya, notre rencontre n’était pas un hasard, j’en suis persuadée. Il y a de ces moments magiques dans l’existence qui viennent tracer un nouveau chemin. Ce chemin, c’est toi qui me l’a fait découvrir. Il y a 20 ans, nous étions toutes les deux isolées, persuadées d’être seules dans cette mer d’individus. Nous nous sentions coupables d’avoir éveillé un monstre bien malgré nous et nous étions convaincue que de se taire était la seule solution pour oublier ce monstre qui hantait notre esprit. Et c’est 20 ans plus tard que toi et moi, nous avons décidé de parler. Et cette parole nous a permis de nous rencontrer. Tu as raison, chaque histoire est différente. Mais ce qui est bouleversant, c’est de constater à quel point les répercussions sont similaires, les symptômes sont identiques, les blessures sont les mêmes. Notre amitié est unique, jamais je n’oublierai ta gentillesse et ta générosité. Quand aussitôt tu as répondu à mon message et que nous avons passé les heures suivantes à discuter comme si nous nous connaissions depuis toujours! Cela m’a tellement fait du bien! Tu as une grande âme Anya et ton écriture est une bénédiction pour plusieurs d’entre nous. Merci pour ton partage et tes bras ouverts. Tu es merveilleuse 🙂

    • Anya
      Reply Anya 4 juillet 2018 at 16:38

      Ma très chère Nat,
      C’est avec beaucoup d’émotions que je lis ton commentaire qui m’a émue aux larmes…
      Tu as raison, je ne crois pas non plus au hasard, je suis persuadée que tout ce qui arrive a un sens, et notre rencontre en fait partie. Toutes les deux, nous avons fait le choix d’avancer vers notre propre bonheur, en laissant le passé mourir derrière soi à chaque instant.
      Toute relation est un échange, quand je t’ai donné, j’ai reçu de toi aussi, et réciproquement. De notre rencontre, nous avons appris l’une de l’autre, et appris sur nous-mêmes également. Je suis heureuse d’avoir pu partager avec toi mon chemin de vie. Si j’ai pu t’aider et t’inspirer pour vivre la vie que tu choisis, sache que c’est ma plus belle récompense. Je suis tellement fière de toi ! A très bientôt ! Je t’embrasse fort et prends soin de toi ♥

    Leave a Reply

    %d blogueurs aiment cette page :