Témoignages

De l’amour à la haine

2 août 2018

Le témoignage bouleversant d’une résiliente qui a connu une autre forme de violences. Madeleine, ancienne victime de violences conjugales, partage ici son histoire et nous donne une belle leçon de courage. Ma chère Madeleine, j’ai été touchée que tu me confies ton témoignage, et comme tu le dis si bien, nous ne sommes pas seules. Merci pour ta confiance, je suis si fière de toi ♥


On est en mai, il est 4h du matin et les rues sont calmes. Tandis que la ville dort, ses mains serrent ma gorge et le temps semble s’être arrêté. Il se tient debout derrière moi et ma nuque est prise au piège entre ses mains. Un hurlement strident et incontrôlé s’échappe soudain de ma bouche, je ne comprends pas ce qui est en train de m’arriver. Stupéfaction. Tout ce que je sais, c’est que j’ai peur, très peur. Je suis paniquée, tétanisée… Est-ce que ma vie va s’arrêter là en pleine nuit, sans que personne ne se rende compte de rien ?

Il lâche soudain prise. Je croise son regard livide. Je le connais bien ce regard, il est froid, vide, inhumain. Je suis complètement perdue, j’ai besoin d’aide ! Je pleure, je tremble, je saisis mon téléphone et tente désespérément de joindre quelqu’un… Il veut me l’arracher des mains, je me débats et réussis à m’enfermer dans la salle de bain. J’essaie d’appeler ma sœur, mais les sonneries se succèdent désespérément, elle doit déjà dormir… Mon cerveau est brouillé, je tente de me rappeler qui buvait des bières dehors avec nous ce soir. J’envoie des messages à toutes les personnes qui me viennent à l’esprit. Quand enfin ma sauveuse me répond et me dit de la rejoindre si je peux. Sinon elle enverra des copains à ma rescousse. Il faut que je sorte d’abord de ma cachette avant de pouvoir fuir l’appartement. À peine deux mètres séparent la porte d’entrée de celle de la salle de bain et il est tellement ivre que j’aurai largement le temps de me faufiler avant qu’il ne se rende compte de quoi que ce soit.

J’entrouve la porte et le vois assis sur le canapé. Un ami à qui j’avais demandé de l’aide lui parle au téléphone et tente de le calmer. Il a l’air tellement serein d’un coup ! Je l’entends dire “Elle pète un câble, je sais pas ce qui lui arrive, elle est complètement hystérique !” Ah le salaud, il sait toujours bien faire semblant quand il le faut… Je me dis que la seule chose qu’il me reste à faire c’est courir ! Et ça je sais très bien faire ! Il suffit que je pense à la piste d’athlétisme de mon club et que je donne tout ce que je peux. Je prends mon courage à deux mains, je pousse rapidement la porte de la salle de bain, ouvre celle de l’entrée et je m’enfuis. Il essaie de me suivre en beuglant “Qu’est-ce que tu fais pauvre tarée ?” Il est tellement imbibé d’alcool que je sais déjà qu’il va vite abandonner. Je cours, comme lors d’une séance de fractionné au stade et je m’aperçois très vite qu’il a déclaré forfait.

J’ai juste un pont à traverser pour rejoindre ma sauveuse. Le cauchemar est bientôt fini. Quand je la vois enfin, je suis soulagée, je sais que plus rien ne peut m’arriver. Je lui raconte tout. Elle savait que j’avais eu plusieurs altercations violentes avec mon mec, mais là elle en a presque les larmes aux yeux. Elle est étonnée de mon sang froid et me dit qu’elle aurait tellement pleuré à ma place. Je suis dans un état de choc et à force d’avoir vécu ce genre de scènes, mes émotions se sont enfouies. Mais ce soir c’était particulièrement violent.

Voilà comment s’est terminée ma plus longue relation jusqu’à présent (3 ans). En pleine nuit, à 4h du matin, après avoir cru pendant un moment que j’allais mourir étranglée par celui qui partageait ma vie.

Ce mec je l’avais rencontré parmi une bande de copains. On avait l’habitude de se rejoindre le week-end et de faire pas mal la fête à l’époque. Au début je ne l’avais pas vraiment remarqué, il faut dire que c’était le roi de la débauche, il ne faisait pas rêver, et surtout, il était déjà en couple depuis un moment. Lui par contre, m’avait bien repérée apparemment.

Un jour, il s’est séparé de sa copine dans des circonstances douteuses (poursuites au tribunal pour violences conjugales) et a commencé à se rapprocher de moi. Et c’est alors que je suis tombée dans le panneau… Si j’avais su dans quel calvaire ça me mènerait…

Quand j’y repense rien n’allait jamais avec lui mais j’étais tellement amoureuse… Il avait beaucoup de problèmes et je me sentais obligée de l’aider. J’avais l’impression d’être la seule à le comprendre. Les premiers actes violents n’ont pas tardé à commencer. Après même pas un mois de relation, pendant une soirée avec des copains dans un appartement, il m’a craché au visage, je ne sais plus pour quelle “raison”. C’est là que l’engrenage s’est enclenché. Je me rappelle avoir été sous le choc à cet instant. Je ne comprenais pas pourquoi j’avais été traitée ainsi. Ma petite sœur a immédiatement réagi et lui a hurlé dessus, mais il n’a eu aucune réaction. Il avait ce regard vitreux, vide. On est très proches, et voir son aînée rabaissée ainsi a été insoutenable pour elle. Elle m’a suppliée de le quitter et plusieurs amis m’ont conseillé la même chose. Mais je mettais son geste sur le compte de l’alcool et de sa relation précédente qui avait été difficile apparemment.

Par la suite, des scènes de la sorte se sont multipliées dès qu’il avait bu. Les gestes violents et les insultes ne manquaient pas : “salope”, “pute”, et j’en passe. Mais c’était comme si je faisais un déni. Mon cerveau effaçait à chaque fois ces souvenirs insoutenables. Je savais que tout cela n’était pas normal, mais encore une fois j’avais envie de l’aider… Il avait des problèmes avec l’alcool et je voulais qu’il s’en sorte.

J’ai changé de région, je l’ai quitté à plusieurs reprises, mais à chaque fois j’oubliais les mauvais moments et il commençait à me manquer. Et je revenais… Comme une souris viendrait se réfugier à nouveau entre les griffes du chat. En y repensant je me dis que j’étais stupide, mais en réalité j’étais sous emprise. Ma famille, mes amis avaient beau me mettre en garde, je ne pouvais m’empêcher de rêver qu’il change un jour. Je me souviens encore de la réaction de mon père lorsqu’il avait appris que je m’étais remise en couple avec lui. Il m’avait littéralement hurlé dessus à travers le téléphone pour finir par cette phrase qui me fait encore froid dans le dos aujourd’hui “Tu veux qu’on te retrouve morte un jour, c’est ça ?”.

Rien n’y faisait, je m’accrochais aux quelques moments de bonheur qu’on avait vécu tous les deux. On n’avait encore jamais habité ensemble et à chaque fois il me faisait la promesse que lorsqu’on vivrait sous le même toit, tout serait différent, qu’il arrêterait l’alcool et qu’on aurait une vie paisible à la campagne. Au début j’y ai cru, puis petit à petit j’ai commencé à douter. Je voulais qu’il me prouve réellement qu’il pouvait faire des efforts et changer avant qu’on ne s’installe à deux. Et puis les mois passaient et il ne cherchait pas vraiment à me rejoindre.

Avec le temps, je me rendais compte qu’il était égoïste et ne pensait qu’à ses problèmes. Tout tournait autour de lui et il passait son temps à broyer du noir. Mes soucis n’avaient pas leur place dans ce couple. Il avait beau me dire tous les jours qu’il m’aimait plus que tout, au final il ne me le montrait pas. Je souffrais de cette relation bancale et me rendait compte qu’elle ne me rendait pas heureuse. J’ai alors commencé à lui faire des reproches. Il ne s’excusait jamais et cela me dérangeait beaucoup. Encore pire, lorsqu’il était violent, c’était forcément de ma faute à la base : je l’avais énervé, j’étais hystérique… Cette relation prenait vraiment un tournant malsain et je devenais violente à mon tour. En fait, je me défendais tout simplement. Et il savait bien se servir de cela pour me faire culpabiliser !

Je pense que s’il ne m’avait pas étranglée ce soir-là, je serais encore en couple avec lui, à attendre désespérément qu’il change. Cet acte a été décisif et au final je ne le regrette pas. Je sais désormais que tout cela est derrière moi. Plus jamais il ne pourra venir ternir ma vie. J’ai enfin réussi à m’échapper de l’emprise de celui que je croyais aimer mais qui faisait de mon quotidien un calvaire. Avant de le connaître, je n’avais jamais vraiment eu de problèmes en particulier. Dès que j’ai commencé à le fréquenter, les soucis se sont enchaînés. Le stress de le présenter à de nouvelles personnes en présence d’alcool, la honte de devoir le ramener quand il était complètement saoul, la peur qu’il s’énerve contre moi, les crises de nerfs, les larmes en me demandant si j’avais vraiment mérité tout ça.

Quand j’y repense il m’a plus fait pleurer que rire, c’est certain. Aujourd’hui je m’en suis sortie et je bénis le ciel ou je ne sais quoi d’autre pour cela ! Le chemin de la reconstruction sera long, je le sais. Je suis encore meurtrie par cette histoire et ma confiance en a pris un coup. J’espère retrouver un jour un peu de l’insouciance que j’avais avant de le connaître. Je sais que je ne pourrai pas facilement me laisser aller les yeux fermés dans une nouvelle relation maintenant. Mais le principal, c’est que je m’en sois sortie !

Si j’ai écrit ces quelques lignes, ce n’est pas par vengeance, ni pour attirer l’attention. C’est pour que les gens sachent. Que tout le monde sache que la violence conjugale existe partout et bien plus qu’on ne le pense. Cela peut arriver à n’importe qui et c’est encore trop tabou malheureusement. J’étais la première à dire que jamais je ne me ferais maltraiter par un homme, que je partirais bien avant… Mais quand ça m’est arrivé, j’ai refusé de me rendre à l’évidence. Certains me voient comme une féministe, une femme qui défend ses droits, la seule qui fait du vélo au milieu d’un groupe de mecs par exemple, et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Et pourtant… même à moi ça m’est arrivé !

Je parle au nom de toutes celles qui se taisent parce qu’elles ont honte ou parce qu’elles ont trop peur. Sachez que vous n’êtes pas seules. Vous trouverez toujours quelqu’un autour de vous pour en parler. Ce qui m’a vraiment ouvert les yeux et fait entendre ce que je devais entendre c’est appeler le 3919, c’est anonyme, gratuit et 7 jours sur 7. Je ne saurai jamais qui était cette femme à qui j’ai pu me confier quelques minutes, mais elle m’a vraiment aidée et je ne peux que la remercier. J’ai enfin mis des mots sur ce que j’aurais dû réaliser depuis longtemps, mais qui faisait trop de mal à admettre : j’étais victime de violences conjugales.

Et dès la première violence, il faut partir. On ne change pas ce genre d’hommes. Ils ont beau vous faire toutes les promesses de la Terre, retenez bien que s’il se sont permis un geste déplacé une seule fois, la brèche est ouverte et ils recommenceront. Ça a été en choc au début mais je suis tellement soulagée de m’être sortie de ce cauchemar. Désormais une nouvelle vie s’ouvre à moi ! Et comme dirait une très bonne amie : “Devant nous il y a l’inconnu, et c’est génial de se dire ça.”

Madeleine, France 

 

Violence conjugale : le témoignage de Virginie, aujourd'hui libre et heureuse
Des nouvelles de mon amie Nat

No Comments

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :